*Pardon, toutes mes confuses, elle est vraiment à chier*

 

Je traîne une humeur de dogue, la rentrée c'est dans une semaine et ça m'exaspère, à commencer par l'idée qu'il soit dorénavant obligatoire de porter des chaussures pendant la journée. Et pourquoi? Parce qu'on n'a pas le droit d'être pieds nus au travail, tout bêtement. Alors qu'en ce qui me concerne, avoir les orteils tous nus n'altère en rien mes compétences (qui restent à prouver? Mouiff).

Donc, par un lien de causalité un peu limite, je suis allée zoner en ville (=l'endroit où les gens se réunissent en société, l'endroit où les quoi? se réunissent en quoi? moi pas savoir, moi Vendredi la vie sauvage), parce que c'est bien connu: l'écolier a toujours plus d'allant lorsqu'il a une nouvelle blouse.

chimises 007

 

 

 

 

 

 

 

 

chimises 013

 

Difficile de faire une photo de blanc sur blanc, n'est ce pas? Attendez, je sais faire du flou non-artistique aussi. (Vous avez échappé à l'apparition d'un paquet de biscottes sur la photo, non, ne me remerciez pas).

Ceci n'est pas de la publicité masquée, mais quand quelque chose me plaît ou me déplaît, je le dis (ex.: j'aime PAS le travail). Je suis une très grande fan des chemises Monoprix. Celles du rayon enfant, en particulier, pour ne pas dire quasi-exclusivement. Le 14 ans taille très grand (surtout lorsque comme moi, on était en retard le jour de la distribution des nichons), le 12 suffira pour les petits formats (Non! Tu n'es pas naine, tu es un petit format). Qualité impeccable, coupes nickel (ça se dit encore ça, nickel?), prix à la limite de la décence (moyenne de 22e) (c'est pour ça que je les prends par quatre ou cinq), bref, y'a d'la joie. Pour ceux qui l'auraient pas noté, oui, je confirme, c'est bien la quatrième chemise en jean que je trouve cet été. Mais c'est comme les bottes: on croit toujours avoir déniché le modèle ultime, jusqu'aux prochaines.

Chemise jean Monoprix, blouse écrue Zara.