imageimageimageimageimage

imageimageimage         

Un grand plaisir pour moi (et ce n'est pas la flemme qui m'anime): relire mes livres d'amûûûr, et revoir des films que j'aime.

Cet été, je n'ai pas dérogé. 

(Bon, pour les Infiltrés, j'ai une moyenne de deux fois par an, parce que je suis admirative du cinéma de Scorsese en général, et du jeu de Di Caprio dans ce film en particulier) (aah, on me souffle dans l'oreillette que je suis tout le temps admirative du jeu de Di Caprio, merci pour ce rappel).

(Bon, j'ai aussi regardé toute la filmo de James Mc Avoy, avec l'option "je lèche l'écran de la tv") (sauf dans le monde de Narnia, parce qu'il ressemble trop à une chèvre, quand même. Je suis pas zoophile. Alors James, m'en veux pas, mais là c'est non) (sinon, le reste du temps, c'est un grand oui, hein).

(Bon, Ne le dis à personne, je suis partagée mais le casting me séduit vraiment -ça aide d'avoir des copains dans le métier, on se croirait aux Enfoirés du cinéma, pardon, quels choix judicieux de la part de Guillaume Canet-, la scène d'ouverture avec Scott-Thomas, qui est belle comme le jour, Marie-Josée Croze qui est belle comme le jour, Marina Hands qui est belle comme le jour, alors que c'est une scène de nuit, bravo) (que j'aime ou non Canet et Cluzet..l'adaptation est réussie, je trouve Cluzet crédible et bon acteur, il y a des scènes qui me transpercent le coeur, notamment lorsqu'il est devant son écran d'ordinateur, dans un cyber-café, et qu'il comprend que son amour est au bout du net.Ça me tord le bide. Hashtag#intestins. *Désolée, j'ai pas pu résister*).

(Bon, Zola, c'est ma bouffée d'oxygène littéraire dans un monde d'écriture sms. Mon shoot de verbe, ma dose de belle langue dans la nullité culturelle du quotidien en général. Ok, l'assommoir n'est pas le roman le plus radieux ni le plus optimiste de l'univers, mais les tournures, les expressions, le lexique, le récit, la composition sont si justes, si précis, si riches..je suis complètement charmée, c'est comme écouter Wagner entre deux sessions de Rihanna, cela rappelle ce qu'il est possible de composer).

(Bon, Cent ans de solitude..que dire? Que dire qui ne serait pas réducteur ou ridiculement mineur? Je crois qu'il est impossible de parler d'un roman pareil, rayonnant, foisonnant, complètement fou, profondément grave et drôle et puissant. C'est sûrement l'un des romans que j'aime le plus au monde. Hashtag#emphase).

(Bon, Jane Eyre, c'est limite mon livre de chevet, il réunit des choses qui me plaisent: littérature classique ET féminine ET romantique ET anglaise. La version film avec Mia Wasikowska (heinggg quissa??) et Fassbender (ah oui, on l'connaît lui) m'a bien plu aussi, les images de la campagne anglaise sont fidèles, l'actrice reflète tout à fait le personnage..j'aurais bien aimé qu'il dure une heure de plus..mais comme dans la musique, il y a un format à ne pas dépasser on dirait).

(Bon, Birdy ça faisait looongtemps que je ne l'avais pas vu, quelque chose comme..15 ans? (j'avais donc 9 ans la dernière fois???!!!??) (non. Mais ça fait plaisir d'y croire 2 minutes), et je l'ai apprécié encore plus. Nicholas Cage est juste époustouflant, je ne m'en souvenais pas, mais je suppose qu'à l'époque je ne m'intéressais pas à ce genre de détail de taille). 

(Bon, je suis également allée voir Monstres Academy au cinéma, et j'ai adoré, j'en profite pour applaudir Pixar, de mes deux mains, en tapant des pieds sur le plancher et en sifflant comme une yankee, carrément. Bob Razowski, t'es mon idole) (que les choses soient claires: je n'ai aucune honte, ooh que non).

(Bon, j'arrête de mettre des parenthèses).