Je suis bien chez moi. Je suis bien chez moi. Je suis...Stop. 

Je suis bien chez moi hormis entre 7h40 et 7h47, laps de temps très court, c'est vrai mais. Mais c'est l'heure à laquelle, inévitablement, l'animal domestique de mes voisins aboie (oui, c'est un chien, bravo. En même temps si l'animal en question avait été un poisson rouge, je serais pas en train de râler) (ça signifierait aussi que je serais juste bien chez moi, sans pollution sonore, mais ça, c'est l'utopie hein..).

Donc le boxer du dessus aboie; je précise "du dessus", mais je pourrais aussi bien dire "du dessus de ma chambre" car c'est le cas (s'il aboyait à l'autre bout de la maison, je serais pas en train de me plaindre, utopie, etc..). Même mes boules Quies qui résistent pourtant aux ronflements vibratoires de mon ours d'époux, même la tête sous les oreillers, sous le matelas, sous six livres de terreau, vingt mille lieues sous les mers, partout, son aboiement parvient à s'insinuer dans mes tympans puissance, disons, à fond.

Donc il aboie entre 7h40 et 7h47, ce qui ne correspond pas à l'heure où les lions vont boire, parce que les lions auraient vite fait de le bouffer histoire de lui rappeler leur ascendance sur la gent canine. Ça ne correspond pas non plus au passage du facteur (c'te blague -non, mais j'aime bien les PTT quand même-), ni à celui des poubelles, et ça ne correspond pas non plus à l'heure où le chat se balade nonchalamment dans le jardin, auquel cas j'y verrais une simple manifestation de l'instinct de l'espèce, qui a envie d'aller batifoler, jouer, se coller une petite peignée matinale avec le félin. Ce n'est pas non plus l'heure à laquelle ses maîtres s'en vont au travail. Ni quand ils reviennent. Ce n'est l'heure de RIEN.

7h40, dans tous les cas, est une heure problématique: soit je suis en vacances, et il est trop tôt pour se lever et trop tard pour se rendormir convenablement, d'autant que 7min d'aboiements représentent l'inverse d'une berceuse. Soit je suis pas en vacances et ça me colle les nerfs en pelote parce que j'ai besoin de calme avant d'avoir l'ouie et plus généralement les sens entièrement bousillés par la journée de travail et ses multiples joies auditives (sonneries toutes les demi-heures, 2500 gosses..). À choisir, j'aimerais bien éviter de devenir sourde comme un pot à 36 ans.

Après avoir finement noté toutes les allées et venues, toutes les minutes de la vie de cette maisonnée, j'en ai juste déduit que 7h40-7h47 est le créneau  idéal, le moment parfait pour me casser les couilles, (parce que croyez moi que dans de tels instants j'ai vraiment la sensation d'en avoir, et qu'on me les brise). Exacte-ment l'instant stratégique pour me niquer mon réveil, ou ma grasse mat', ou mon début de journée. 

J'ai essayé de lui expliquer (oh, ça va hein) (on est pédagogue ou pas, hein) (pédaDog, même, huhuhu), il continue de me regarder comme s'il s'agissait d'une question extrêmement épineuse, intensément complexe, limite la dernière question des 4 à la suite chez Julien Lepers, il me fixe avec concentration alors qu'il présente clairement les signes de la débilité légère. Nom d'un clébard.

J'ai tenté la répression active (hurler "ta gueule TA GUEULE!!!'" jusqu'à ce qu'il en ait assez), mais je crois qu'il a pris ça pour un jeu, qui l'amuserait même plutôt beaucoup, et plus je m'énerve plus il renchérit, et moins le voisin intervient. (De ce coté là, très sincèrement, il est évident qu'ils sont sourds complet). 

J'ai pensé au seau d'eau sur la tronche, mais vu qu'il est au dessus, ça n'est pas une bonne idée, ou alors il faudrait que j'arrive à l'attirer sous ma fenêtre, cela voudrait donc dire qu'il m'écoute, donc de ce coté aussi, l'enfant se présente mal. 

J'ai cherché sur Internet des forums de discussion sur ce sujet, je m'attendais pas à un tel résultat: entre les gens qui vivent en ville et qui se plaignent des nuisances canines, et ceux qui vivent à la campagne mais qui y vivent pour le calme et se plaignent aussi des aboiements, entre les défenseurs des animaux (des fa-na-ti-ques, leur discours c'est limite "rendez la planète aux animaux"!), on frôle l'incident diplomatique à chaque ligne. Ça craint. Je me demande comment il n'y a pas plus de meurtres tant les gens manifestent de la colère.

J'ai donc téléchargé sur mon portable une app sensée produire des ultras-sons qui découragent l'animal, app gratuite -faut pas exagérer- mais qui ne passe pas à travers les murs, donc qu'il faut placer assez près de la bête, donc grosso modo je me retrouve derrière la porte des voisins, à 7h42, en pyjama, hirsute, à moitié en grain de crier "ta gueule, ta gueuuuuuule" en agitant mon téléphone portable dans les airs = si la police passe, je finis au poste.

Au fond de moi, et en surface aussi d'ailleurs, j'aime bien les animaux, ils sont ce que leurs maîtres en font, donc ils ne sont pas réellement responsables si on leur apprend pas les choses. Hélas, dans un souci de voisinage cordial, je me vois mal prendre les voisins entre 4 yeux et leur claquer "yé souis Tony Montana, si tou fais pas taire ton chien, yé crame toute ta baraque, va té faire encouler". Aussi parce que leur baraque, c'est la mienne, oui. Et parce qu'on m'a appris à être polie avec mes gens.

Mais bon, c'est trop demander un minimum de respect?

Sur ce, je vais aller prier pour que le chien ait une extinction de voix, Bonsoir.

image