Très chers, très chères, non, contrairement aux apparences je ne suis pas morte. Je ne suis pas non plus partie re-compter les voix pour filer un coup de main à l'ump (Non mais quelle série passionnante, que de rebondissements, quels personnages fantasques, quel suspense, quel langue ampoulée, quelle truculence, tout cela sur les chaînes publiques, et gratis! Formidable! C'est Noël les enfants!). 

Non, j'ai juste beaucoup travaillé, ça va se calmer mais ne perdons pas une occasion de nous (me) plaindre: je commence à avoir du mal à enquiller les journées-qui-tuent avec autant de performance qu'avant (avant mes 78 ans, je veux dire)..Au bout de quelques jours à moins de six heures de sommeil par nuit, de repas au lance-pierre (je rattrape de moins en moins bien) sincèrement, je suis un peu l'ombre de mon ombre, l'ombre de ta main, l'ombre de son chien. Bref, parenthèse pathos terminée.

Je vais donc vous parler de Pilates, et bien entendu, le paragraphe précédent n'avait strictement aucun rapport. Pourquoi le Pilates?  Pourquoi pas le Brésil? Parce que je n'ai pas eu le temps d'aller au Brésil, mais j'ai trouvé une heure pour me rendre au Pilates, (cela m'a causé beaucoup moins de dommages qu'un aller-retour à Rio, jet-lag, nuits blanches, tout le toutim, soit dit en passant). Que cette discipline me procure non seulement un bien être immédiat, un forme de légèreté d'esprit, mais on ne va pas se mentir, elle procure surtout une sangle abdominale ahurissante, ne mâchons pas les mots.

Pour plus d'infos sur la méthode, cliquez , ou ici, autant laisser les pros s'exprimer.

Les exercices de Pilates peuvent se dérouler sur un tapis, ou sur des machines qui ressemblent de loin à un siège de gynéco, et de près à des appareils de supplice. Cette discipline table sur un faible nombre de répétitions de l'exercice (pas de séries de soixante, lassantes et finalement pas nécessairement plus efficaces: lorsqu'on répète 60 fois un mouvement, il y a de grandes chances qu'on en salope un sur quatre, tant il est difficile de bien se positionner, de "contenir" l'exactitude de l'exercice dans la durée -quoi? Qu'ouïs- je? Ladurée? Oui, après la gym, si on veut).  Donc les séries sont courtes (8, 15 répétitions en moyenne) mais demandent un effort de maintien et d'inscription dans le corps (c'est beau): le geste doit être parfaitement exécuté pour être optimal. On doit toujours garder à l'esprit de gainer ses muscles, de respirer de façon profonde et rythmée, de focaliser son travail sur tel muscle, et le prof, s'il est sérieusement formé, expliquera ce qu'on est sensé sentir comme effort.

Je dis "sérieusement formé" parce qu'il y a pléthore de cours de Pilates qui fleurissent, certains présentent des tarifs hyper attractifs, mais il ne faut pas se leurrer.. Les prix des cours dispensés par un prof formé (notamment au Studio Pilates de Paris, dont le site recense les studios affiliés "labellisés" en France) sont sensiblement les mêmes lorsqu'ils sont bons. Cette pratique reste encore assez chère, il faut le reconnaitre, mais peut-être les prix baisseront-ils si elle venait à se diffuser plus largement. Bref, j'ai une connaissance qui s'est bousillé un ligament en beauté (ou plutôt pas en beauté) en testant un cours pascherpascher, où personne ne lui a demandé son niveau de pratique, ses habitudes sportives, ses faiblesses physiques, etc etc. Inutile de se ruiner la santé, hein..

Le Pilates est une gymnastique douce, mais intense, qui muscle très joliment, c'est à dire que vous n'y gagnerez pas le fameux six-pack avec peau déssechée sur muscle hypertrophié, ce que personnellement je trouve: laid. Vous obtiendrez des muscles longs, un maintien absolument impeccable (pour ma part, adieu problèmes de lombaires, putement et simplement), beaucoup de souplesse, et en toute sincérité, une certaine sérénité (proche du yoga par ses postures, le Pilates prend en considération l'ensemble du corps, met au centre la solidité du tronc, du ventre..).

Pour nous, les danseurs (rhââaa, c'est la minute: fierté, gargarisme, roucoulement auto adressé), un complément parfait (pour les équilibres, le renfort musculaire, l'harmonie..). Le complément idéal.

Présentation de quelques basiques (attention, images pourries, et en plus j'ai carrément paumé la source, ah ben bravo, vraiment)

 

image Les exercices au sol, complétés ou non par des objets (des poids, des balles, un cercle): j'y trouve le boulot sur la sangle abdominale plus intensif. C'est en tous cas avec ceux là que j'ai gagné un ventre en fonte (eh oui, en fonte).  C'est également ainsi qu'on exécute le teaser (Aah, le teaser, le truc qui semble impossible au départ et que tu jouis quand t'y arrives enfin  mais qui s'apprend progressivement: quel bonheur lorsqu'on y parvient).

image Voici le Reformer. Vous prenez place sur le plateau qui coulisse grâce à des ressorts, que l'on peut (enfin, que le prof peut..) plus ou moins ajouter pour donner plus ou moins de tension. La quantité d'exercices possibles sur cet appareil est étonnante. Certains peuvent paraître carrément équilibristes, voire risqués: j'ai décidé de ne jamais poser la question des accidents au Pilates, -engagement respecté- je refuse d'y penser. Selon moi, si on s'y croit un peu trop par rapport à ses capacités réelles, c'est bien simple: on se tue. Ni plus ni moins).

 

 

image          Exemple de travail sur le reformer (le pied droit pousse le plateau en résistance).

image On peut "greffer" une boîte sur le plateau, et là croyez moi, n'espérez pas penser trois secondes à la liste des courses ou à passer prendre du pain en sortant. Là, les filles, on est en situation de concentration ABSOLUE. Ici, les muscles longs s'étirent, la souplesse se développe. Différent de la pratique au sol, même si l'on retrouve les situations d'équilibre et le positionnement.

Dans les appareils, c'est sans doute l'un de mes favoris. Complet et multi-propositions.

 

image  Ceci est un Cadillac. Nul besoin de permis.image

Cette dernière image pour vous montrer à quel point l'encadrement par un prof sérieux est un point non négociable. À quel point la confiance en soi et le contrôle de soi sont encore moins négociables, oui, je le confirme.

 

Voilà, j'espère que les curieuses auront envie de sauter le pas, ensuite cette discipline est complètement addictive.