Le cheveu du jour: est fou. J'ai peur, je ne contrôle plus la situation. 

La photo est en noir et blanc, merci Instagram, ça aurait été trop hardcore que de vous montrer la réalité crue de mon hirsutisme. 

La personne qui m'a dit "ils sont bien tes cheveux" est à peu près la seule personne au monde qui a plus de plastique que de chair dans son corps. Effrayant? Oui. Ça m'a fait l'effet d'une bombe dans la face, genre. Ce qui aurait pu expliquer l'état de mes tifs, par ailleurs.

C'est pas tant qu'ils soient multicolores (l'automne, c'est le moment où tu réalises 1) que les mèches blondes, c'est joli l'été 2) que tes cheveux ont vachement poussé 3) que sous les mèches blondes ex-jolies se trouvent des mèches naissantes et brunes, ainsi, contrastées, autant que faire se peut 4) que le paquet les cheveux du dessus, qui ont résisté hardiement aux attaques cumulées du soleil de la mer et du vent (rhaaaa) sont dorénavant roux (c'est comme ça qu'ils réagissent, dans le haut moyen-âge, on brûlait les roux, dans le haut de ma tête, le roux est déjà brûlé, cycle infernal) 5) que rien de tout cela n'est politicalement correct, ni même esthétiquement correct, que c'est tout simplement incorrect de A à Z.

Au bureau, j'entends certains messages subliminaux hyper subtils"tu as vu les cheveux de X? (Pas moi) C'est vraiment n'importe quoi! Mais enfin! Non mais vrai-ment, tu trouves pas que c'est grave ces cheveux, non mais ces cheveux quoi, hein vraim..." Ça va, je ne suis pas encore complètement sourde, j'ai compris, je vous fous la trouille les copines, je fous la trouille au monde entier à cause de cet énorme magma capillaire mû par une vie indépendante de ma volonté. Je n'y peux rien, c'est la (leur) vie, fichez leur la paix, laissez les vivre, ou survivre, sans blesser tous ceux qui s'aiment, c'est sur moi qu'ils s'acharnent, les sournois.

Demain nous sommes vendredi, jour de relaxe ordinaire, ou plutôt le jour de tous les dangers, je perçois mal comment cela peut être pire, cheveluresquement parlant (pour le reste de ma vie, ça peut, je m'en doute), (si, je sais, il peut pleuvoir)(pu****, maintenant que je l'ai dit ça va arriver, c'est sûr- en même temps ça fait cinq jours que météofrance menace, va bien falloir que ça arrive-).

Donc cette nuit je vais être super vigilante, je vais guetter le moment où ils vont tenter de prendre le dessus sur ma tête (figure de style, il faut qu'ils restent là où ils sont, le lieu n'est pas le problème). Et si je me réveille encore une fois avec la tronche d'un poulpe, ça va swinguer.