my room

J'ai toujours rêvé d'une chambre complètement dépouillée, une "pièce à dormir" et à rien d'autre (enfin si, mais bon, c'est pas à ça que je pensais). Depuis notre arrivée ici, j'ai défendu l'intrusion de tout objet qui ne soit pas en relation directe avec le sommeil, ni tableau accroché, ni corbeille où s'entasse le linge (je fais une fixette sur "dormir dans une pièce où se trouvent des chaussettes"*), ni bouquin, (du coup plus de table de chevet), ri-en...de mon coté du lit (si ce n'est ma boîte à sommeil**, minuscule).

Hein? Non, Époux n'en a strictement rien à fiche de ma tentation feng sui, et il continue à entasser des choses, qui plus est des choses pas propices au sommeil (genre "L'entraide" de Kropotkine, à part le volume impeccable pour m'assommer si je venais à ronfler (ce qui n'arrive pas, parce que je suis une princesse), je ne vois pas quel plaisir on peut prendre à avoir ce livre à portée de main, genre douze exemplaires du canard déchaîné (fétichisme??) un casse tête (masochisme?) et un paquet de kleenex). Donc, je ferme les yeux sur ce côté free-style de ma chambre, parce que l'engueulade c'est encore moins feng sui que la brocante de mon amoureux.

* On a les névroses qu'on peut.

** Mes Nuitol. Je refuse de dire ce que c'est, je signale juste que c'est dans la lignée de ma politique du sommeil en caisson d'isolation.