Petite minute Fifille. Je suis absolument dingue de bijoux, qu'on se le dise.

(Je porte depuis dix ans les deux mêmes joncs en argent aux poignets, parfois l'été j'ajoute n'importe quels bouts de ficelle pour un effet "Bahia Bahia c'est la fiesta" qui ne dure jamais bien longtemps puisque été= piscine, bains de soleil et par là =marques de bronzage, ce que je déteste encore plus que d'être nue sans mes bijoux).

Comme toute nana qui se respecte, j'ai évidement des coups de cœur bijoutiers (Époux a bien de la chance: je dé-tes-te les diamants, encore plus que les marques de bronzage), en restant tout de même ultra-raisonnable dans ce domaine, vu que: j'arrive pas à en porter sans me sentir déguisée en Cannoise-femme-de,  ce qui est le summum de la vulgarité, j'en reviens à mes sempiternels joncs. Une fois, j'ai fait un excès de zèle, je m'étais offert un jonc pour le cou, non mais quelle fantaisie, vraiment, c'est pour dire.

Je reluque néanmoins avec beaucoup d’intérêt la création joaillère qui effectue de véritables prouesses techniques, ça, ça me pose là (vous voulez que je vous parle du "serti mystérieux"? Dommage, c'est fascinant et hautement artistique).

Dans un registre plus mainstream (pour le plaisir d'écrire "stream" en cette semaine de punition informatique), voilà une toute petite boutique cannoise absolument adorable, qui présente dans sa vitrine une permanence de bijou de type Art Déco, à se taper le cul par terre très très réussis. À l'opposé de la jéwouellerie portée dans ma bonne ville.

J'aime beaucoup les boucles d'oreilles en feuille de ginko, malgré que: sont en or (doux jésus, sera-ce la Grande Folie 2012, de l'or?!). J'imagine très bien les porter l'été prochain, une fois bronzée.

Atelier Veronese, Le Suquet, Cannes. photo(18)

(Je sais: les photos sont minables).


photo(17)