Dernier jour de cette année!!!!

Comment j'ai fait n'iiiiiiiiiimpooooooorte quoi en 2011, c'est du beau travail.

Néanmoins, je retiens plusieurs choses:

-Certains caprices ne servent à rien. Par exemple, espérer un "pit-stop" à Milan alors qu'on est embouteillé à trente kilomètres avant l'entrée de la ville, qu'il est 14h20, en plein mois de juillet, et qu'on devrait être arrivé à Côme depuis 11h, qu'on n'a pas son permis et qu'on l'a pas bouclée depuis le départ à 5h45 ("oh, une vache italienne! On s'arrête quand pour le café? J'ai faim. Brrr ça caille. Pipi. Ça va derrière? Tu ne t'ennuies pas mon Poupoune? Ah si, moi aussi je trouve que c'est long. On arrive bientôt? Viens Poupoune on chante la chanson du Roi Lion. J'ai soif. Putain ça n'avance pas! Regarde la fille à gauche, ce qu'elle est vulgaire. C'est tout de même fou que ça n'avance pas...On ferait pas un petit pit-stop à Milan??" NON.)

-Ne plus dire, faire. Ne plus grommeler "ce-sont-les-der-niè-res-va-can-ces-où-je-me-ta-pe-les-mio-ches-et-la-pis-toche-mu-ni-ci-pa-le". Se casser, point barre. Attendre qu’Époux soit pris de générosité subite et gratuite à mon égard. Ahhaha!! Qu'elle est bonne celle là! Plutôt m'offrir toute seule les cadeaux que je mérite (avec sa CB, quand même).

(Non, je dis ça mais j'ai fait beaucoup plus de choses que j'avais dit et qui étaient restées vœux pieux depuis, pfiou, tout ce temps. J'ai repris la danse (même si je n'ai tenu qu'un trimestre et vais devoir interrompre l'expérience pour cause d'emploi du temps pas du tout propice-du tout). J'ai commencé le Pilates, c'est parti pour un moment, aucun doute là-dessus. J'ai débuté ma démarche diplômante -quelle idée à la con, je vais avoir encore moins de temps pour m'adonner à mon activité favorite: contemplation de mes pieds, comme dit l'autre-).

-Ne plus faire. Exemple: essayer de se boucler les cheveux selon ancestrale méthode du tortillou de cheveux mouillés + dormir dessus, en espérant un rendu ondulé et régulier. C'te blague. Aura eu le mérite de faire rire Poupoune aux éclats.  Autre exemple: penser que la pierre ponce, si efficace pour les pieds, pourrait constituer un gommage très efficace du visage. Faux, et idiot. Et douloureux. Et débile. Et j'en sais quelque chose: j'ai testé. Je passerai sous silence certaines autres découvertes liées à l'utilisation de la cire chaude dans mon petit labo de bain (trop gore, trop traumatisantes). Aussi: ne plus considérer le Petit Vent Marin Rafraichissant comme ton ami, ni comme une protection solaire valable lorsque tu t'exposes. Couper soi même ses cheveux en espérant devenir Jean Seberg (mois de janvier de l'année qui s'achève. Merci à toi la coiffeuse qui a cédé sous la menace accepté de me sauver Ça entre douze mille rdv. Depuis, je laisse pousser, puissance: à fond).

-Arrêter de croire. En vrac. Que le chocolat est teeeellement bourré de magnésium qu'on meurt démagnésiumisé si on n'en consomme pas quatre tablettes par semaine. Qu'on pourra toujours accuser le chat d'avoir descendu les tablettes (surtout en cas de "pas de chat"). Que le gyné va me croire -à nouveau- quand je lui dirais "non mais siiiiincèrement, je n'ai pas eu le temps de venir avant" (nb: trouver autre chose). Que la sieste  de 17h40 est un concept reposant (non, j'ai compris, c'est faux. Le problème est que je suis maintenant en endormissement automatique, à 17h40, poum, je tombe les yeux fermés. Mais je sais que c'est néfaste, notez la progression). Que si on a été allergique aux huîtres, on est immunisé et on peut essayer à nouveau (alors que c'est quand même dégueu, mais on aime bien les expériences).. (Cette année je n'en n'ai pas voulu -des mollusques/ de la combinaison de boutons rouges des pieds à la tête / on dirait que je leur ai causé du tort, aux huîtres, dans une existence antérieure??/ non, hyper raisonnable. Pas d'huitres, pas de boutons, easy).

-Aimer le monde, oublier la rancune. Oui je reconnais qu'il est inutile et stérile de continuer d'en vouloir à des gens pour des choses commises il y a quinze ans, ou quelques phrases malheureuses prononcées un soir d'énervement. Je conste qu'on grandit encore en mettant de côté ses petits tracas et ses remontées de bile vengeresse. Je vais remettre les compteurs à zéro, passer une grande éponge d'Amour bienveillant sur mes souvenirs aigres, et devenir Philanthrope. (Ne s'applique pas à ma voisine. Plutôt crever.).

Bon, sur ce je vais ne pas fêter le jour de l'an (pourquoi lui plutôt qu'un autre, déjà, et dans deux jours je retrouve le bureau, il n'y a rien de festif là dedans. Demain sera un jour tout neuf, et j'aurais juste le droit de penser que mes conneries passées ne comptent plus. Pas mal, déjà.

Voilà une manière de ne pas se mouiller avec des bonnes résolutions qu'on ne tiendra pas...

So: happy new year 2012!