mies 2mies

 

 

 

 

 

 

Vu: très beau reportage sur la Vitra Haus + embrayé sur deux très beaux livres dont l'un sur l’œuvre de Mies Van Der Rohe* = joie des yeux, ravissement de l'esprit = je veux ça.

Comme c'est beau! Quel dépouillement somptueux, quels matériaux, quelle épure... J'adore ce dénuement, la radicalité des lignes, les perspectives, la cohérence et l'intelligence dans la conception. Dedans, dehors, les frontières sont gommées.

VitraHaus

 

 

 

 

bahaus

Moi qui n'achète pour ainsi dire jamais rien à des fins décoratives (si, à la boutique Gucci j'ai tellement craqué sur les lampes que j'ai fait téléphoner -merci vendeur affable et obligeant- pour savoir si oui elles avaient été créées ONLY pour les boutiques -réponse: oui, évidement-, ensuite j'aimerais acquérir la lampe dont je rêve, problème: fruit de mon imagination, je l'ai rêvée, donc pas éditée), moi qui considère la décoration ou l'aménagement comme une rencontre (exemple ma table basse vénérée, rencontrée au pied d'une poubelle alors que je sortais bêtement acheter du pain- en général, j'ai un bon feeling-poubelle, pour les meubles aussi bien que pour mes ex, mais je m'égare), une rencontre et pas une détermination (à entrer dans un magasin en vue d'y trouver une déco: une drôle d'idée). Alors lorsque je vois des constructions avec un tel dessein de prolonger l'extérieur vers l'intérieur, de lier le domestique et l'ornemental, je reste pantoise.

Plus des lotissements sortent de terre, plus le travail de Frank Lloyd Wright semble essentiel (aussi: plus je passe devant cuir center plus j'aime Marcel Breuer). Plus j'allume la lumière plus je cherche à éditer MA lampe, pas une autre lampe de plus. Plus je vieillis, moins les objets m'attirent et plus j'apprécie le vide (dans ma chambre, il y a un lit, et une lampe**, je dors mieux. Je dormirais parfaitement lorsqu'Époux accèdera à ce qu'il appelle un caprice: dormir dans du linge de lit uni***, parce que l'imprimé me trouble). Less is more, la devise de Mies Van Der Rohe, décrit mon idéal en matière d'ornement intérieur.

marseil

  "L'architecture est la forme d'art qui s'impose obligatoirement à vous" (dixit un prof de littérature comparée qui m'a aidée à plein de trucs, notamment à m'ouvrir à des formes d'expression variées). Classique, moderne, minimaliste, Bahaus, elle s'inscrit dans le paysage urbain ou naturel avec plus ou moins de bonheur, de fantaisie, de discrétion, et s'impose partout, elle est manifeste. Devant les immenses cités de banlieue, devant les châteaux, devant les temples ou les églises on mesure cette implantation dans ce qu'elle a de durable, de quasiment irréversible, parce qu'on ne peut pas tout plastiquer non plus, sous prétexte que c'est laid.. D'où l’intérêt de s'étendre au sol avec légèreté, et de s'édifier avec grâce. De manifester de la beauté.

Les photos proviennent d'une banque d'images (F.L Wright/ Richard Neutra / M. Van Der Rohe). De la photo du catalogue (Vitra Haus). La photo de "cité" c'est moi (à Marseille).

*Éditions Taschen, monographie pour Frank Lloyd Wright. Éditions Actes Sud, Giovanni Leonni pour Mies Van Der Rohe.

**Ferais-je une fixette sur les objets lumineux?

***Ça sonne un peu "casque à pointe" tout ça.. mais ça ne concerne que mon chez-moi. Je suis vachement tolérante en vrai chez les autres.

+    Vitra Campus, Charles-Eames-Str. 2, D-79576 Weil am Rhein